Vous êtes sur le site
Votre pays
FacebookTwitterYoutubepinterestGoogle PlusRss

Bicentenaire Waterloo 1815: Un peu d'histoire

 

La Bataille de Waterloo est l’achèvement d’une campagne militaire de quatre journées d’une intensité historique exceptionnelle, au cours desquelles se joua le sort de l’Europe.


Elles furent marquées par l’ampleur du nombre de victimes (100.000 tués et blessés), le long de cette sanglante Route Napoléon en Wallonie. 


Le retour de l’île d’Elbe de Napoléon et sa rapide reprise du pouvoir avaient déclenché chez ses adversaires européens un formidable élan guerrier contre lui. Près d’un million d’hommes de plusieurs nations coalisées convergeaient vers toutes les frontières de la France pour restaurer l’ordre du Congrès de Vienne de 1814-1815.


Pour les contrecarrer, Napoléon va lancer une offensive éclair en Belgique, dans le but de battre séparément deux de ses principaux ennemis qui s’y sont installés, les Prussiens de Blücher et les anglo-alliés de Wellington.


Avec son armée de 120.000 hommes, il entreprend de franchir le 15 juin la frontière via Hestrud et de marcher sur Charleroi. Son mouvement est un succès, ses adversaires n’ont pas eu le temps de se rassembler pour lui faire face avec des troupes nettement supérieures en nombre.


Napoléon engagea ensuite simultanément ses forces sur deux théâtres d’opérations le 16 juin, lors de la bataille des Quatre-Bras contre Wellington menée par le maréchal Ney, et de la bataille de Ligny contre les Prussiens où l’Empereur est lui-même à la manœuvre.


Les Français remportent ces batailles que Napoléon souhaitait décisive, mais ce sont des demi-victoires, car ses ennemis se replient en bon ordre, Wellington vers Bruxelles, tandis que Blücher, décision cruciale de sa part, reflue vers Wavre, alors que la ligne de repli naturelle du maréchal prussien est Namur et Liège. 


Napoléon mesure mal l’ampleur de cette décision, qui permettait aux alliés d’envisager la jonction de leurs forces avant Bruxelles contre Napoléon lancé à leur poursuite. Cette jonction aura lieu à Waterloo.
Le 18 juin se déroule la bataille suprême, qui s’est enracinée dans les imaginaires collectifs depuis près de deux siècles, avec, au fil des combats incertains, une suite de manœuvres qui ne laissent entrevoir les visages des vainqueurs et des vaincus qu’à la nuit tombante, après des sacrifices considérables dans chaque camp, et au prix d’un courage partagé par tous les protagonistes de l’événement.


C’est alors à la mémoire de s’emparer du lieu.


Philippe Raxhon, Historien et Professeur à l’Université de Liège



Parcourez la Route Napoléon en Wallonie
Waterloo, l'ultime bataille de Napoléon