Vous êtes sur le site
Votre pays
FacebookTwitterYoutubepinterestGoogle PlusRss

Eddy Merckx : "l’ogre de Tervuren"


Le baron Edouard Louis Joseph Merckx est sans aucun doute le sportif belge le plus connu. Il figure d’ailleurs parmi les 100 plus grands sportifs de tous les temps.


Le baron, alias Eddy Merckx est né à Meensel-Kiezegem, à la fin de la deuxième guerre mondiale, en juin 1945, dans une petite commune à l’Est de Louvain. Pendant sa carrière, il sera surnommé "le cannibale" tant son appétit de victoires est féroce.
 

L’enfance bruxelloise

Le papa, Jules Merckx, est menuisier. Il s’installe comme épicier à Woluwe-Saint-Pierre, dans la banlieue bruxelloise. C’est donc à Woluwe qu’Eddy va grandir.


Le petit Eddy reçoit son premier vélo à 4 ans. Sportif, il pratique d’abord le basket, le tennis, le football. Puis, à 12 ans, il achète son premier vélo de course avec les pourboires reçus en travaillant au magasin de son père. C’est d’ailleurs son père, passionné de cyclisme, qui l’amène aux Six-jours et à l’arrivée de Paris-Bruxelles. Le modèle d’Eddy est alors Stan Ockers, un coureur cycliste Belge et champion du monde en 1955.


La carrière de coureur cycliste d’Eddy Merckx commence en 1961, dans la catégorie débutant. Pour sa 14e course, il remporte un premier succès à Petit-Enghien et l’année suivante, en 1962, il remporte son premier titre de champion : celui de champion de Belgique des débutants à Libramont. Trois ans plus tard, c’est le titre de champion du monde amateur. En 1965, il passe professionnel.
 

Le Cannibale

Plus rien n’arrête le champion. C’est le début de la longue série de 525 victoires et succès pour le champion belge. Son appétit insatiable de victoires lui vaut le surnom de "Cannibale" ou de "l’Ogre de Tervuren". Son palmarès lui vaut sans doute sa présence parmi les 100 plus grands sportifs de tous les temps et une notoriété toujours intacte.


Si on retient surtout l’image d’Eddy en maillot jaune à l’arrivée du Tour de France sur les Champs-Elysées à Paris, ses victoires dans les courses cyclistes de nos régions sont nombreuses. Il prend dix fois le départ de Liège-Bastogne-Liège, entre 1966 et 1977, et le remporte 5 fois. Il participe 8 fois à la Flèche wallonne, et remporte 3 victoires. Il participe également à La Flèche Brabançonne, au Championnat de Belgique sur route, au Tour du Condroz, à Paris-Bruxelles (depuis devenu Brussels Cycling Classic) et au Tour de Belgique. Le public est enthousiaste et au rendez-vous pour saluer et encourager "son" champion.


Mais la carrière d’Eddy Merckx est internationale. Il détient longtemps le record du nombre de victoires sur le Tour de France : 5 victoires successives entre 1969 et 1974. Il remporte aussi 5 fois le Tour d’Italie et une fois le Tour d’Espagne. Il est 3 fois champion du monde sur route (1967, 1971, 1974). Et en 1972, il bat le record du monde de l’heure à Mexico City.
 

Cette longue carrière ne fut pas linéaire ni sans faille ou sans douleur. Et en 1978, Eddy Merckx arrête la compétition. Mais pas le vélo.
 

Le vélo après la compétition

À l’arrêt de la compétition, Eddy Merckx reste dans l’univers du cyclisme. Aujourd’hui, il roule toujours pour le plaisir, notamment depuis 2013 avec le "Gran Fondo Eddy Merckx", qui est une randonnée classique cyclotouristique. Un parcours de 155 km, emmené par Eddy Merckx en personne, dans le magnifique décor des . Auparavant, de 1980 et jusqu’en 2004, il organise le "Grand prix Eddy Merckx" une course contre la montre en individuel, puis en duo, qui se déroulait au mois d’août autour de Bruxelles et qui réunit quelques-uns des meilleurs spécialistes de la discipline.


En 1980, le cycliste professionnel devient entrepreneur. Il crée des vélos qui portent son nom et qui se démarquent par leur qualité. En 2014, il quitte l’entreprise, tout en y restant impliqué au niveau de la recherche et du développement.
 

Merci Eddy

À Bruxelles, si vous prenez la ligne de , vous trouverez la station Eddy Merckx (depuis 2003), à Woluwé, là où Eddy a grandi. Le vélo exposé est celui avec lequel il a battu le record du monde en 1972. Dans la vitrine se trouvent quelques photographies du champion pendant l’exploit. Un record qui ne pourra d’ailleurs être battu qu’en utilisant le même vélo pour être validé. Toujours à Woluwé, il existe également un centre scolaire Eddy Merckx.


En 1996, il sera anobli par le roi Albert II de Begique et devient baron.


En 2000, pour son centenaire, L’Union cycliste internationale lui a remis le prix de coureur du siècle. Il est aussi élu "sportif belge du siècle" par le Comité Olympique et interfédéral belge et par l’Association professionnelle belge des journalistes sportifs.


Ce ne sont que quelques titres parmi les nombreux qui lui ont été accordés.
 

A voir  aussi

Eddy Merckx, Wikipedia