Vous êtes sur le site
Votre pays
FacebookTwitterYoutubepinterestInstagramGoogle PlusRss

Ajouter cette page à votre brochure virtuelleImprimerEmail
famillesVisite : Friterie

Friterie Fontainas

Friterie Fontainas
© Top 49 - Fritkots Bruxelles.

En 2010, le monde entier découvre Wikileaks. Et la presse internationale est passée à côté de l'"Affaire Fontainas" !

Un câble de l'ambassade américaine basée à Bruxelles expliquait en effet pourquoi le siège de l'Otan restera à jamais installé dans la capitale belge. La raison ? Les succulentes frites de la friterie Fontainas.

Remontons en 2002 pour comprendre les dessous de l'Affaire, et surtout le rôle essentiel de la famille Barzakis, les puissants propriétaires de cette baraque blottie à l'ombre de la porte de Hal.

À l'époque, le refus belge de participer à la seconde guerre du Golfe provoque l'ire de la Maison Blanche. Les rumeurs de déménagement du siège de l'Otan vers un pays voisin vont bon train. La menace paraît sérieuse.


Wikileaks révèle que Giorgio et Polyxeni Barzakis fournissent en secret de nombreux généraux américains en frites arrosées de mayonnaise. Le couple veut garder ses clients et décide d'agir. Giorgios réunit le G5 de la frite, les 5 friteries les plus importantes du pays.

Un groupe que craignent même la secte japonaise des sushis sublimes et la mafia napolitaine des pizzas, dirigée par la fameuse Margherita. Le G5 signe alors le Pacte des Cervelas, "Tous pour la frite, rien sans une sauce".

L'incroyable lobbying va réussir : les pays de l'Otan annoncent que Bruxelles accueillera le nouveau centre opérationnel. Le câble dévoilerait que Barack Obama a été convaincu par les fricadelles de la friterie Fontainas.


© Julien Thomas


Localisation

Localisation

A l'attention des professionnels du tourisme en Wallonie et à Bruxelles