Vous êtes sur le site
Votre pays
FacebookTwitterYoutubepinterestGoogle PlusRss

Ajouter cette page à votre brochure virtuelleImprimerEmail
Festival : Danse

D Festival 4 - Festival de danse à Bruxelles

D Festival 4 - Festival de danse à Bruxelles
©

Cette 5ème édition du festival prouve que dans toutes les langues et à tous les âges, la danse parle un même langage. À Bruxelles, en juin 2016. 


Le D festival, balise bruxelloise de la danse contemporaine voyage au-delà des frontières. Frontières du temps, frontières entre installation et mouvement, frontières enfin au sens littéral grâce aux nombreuses nationalités représentées dans la sphère de la danse à Bruxelles.

Au programme

Swietlika, présentée dans le cadre du (petit) d festival est la première chorégraphie destinée au jeune public de Raffaella Pollastrini. Sa création est une immersion dans le pouvoir de recréer, de (se) réinventer un espace à l'image des cabanes d'enfants.


Phasme est le portrait d'une femme. Ou bien serait-ce plutôt l'image intermittente, périlleuse et fragile de son souvenir ? Phasme est une image, l'endroit de son apparition et de sa disparition. La puissance évocatrice des images et des photographies est aussi à la source du travail de Phasme. Fré Werbrouck poursuit en effet le travail engagé par Sillonen 2012, interprété par Sara Sampelayo


Oshiire plonge dans l'enfance de Uiko Watanabe, réveille l'histoire d'une mère et de son enfant dans une société où la monoparentalité est exception. Au centre du voyage, l'oshiire, meuble populaire japonais tantôt cocon intime, tantôt cachette secrète ou lieu de punition terrifiant. 

Dans Il Dolce Domani, l’Italienne Lisa da Boit (Giolisu) et la Belge Céline Curvers chorégraphient et mettent en scène cinq danseurs âgés de 38 à 55 ans condamnés à vivre le reste de leur existence ensemble dans la salle à manger d'une maison, jusqu’au jour où la communauté devra apprendre à gérer l'absence de l'un d'entre eux.


Avec All Instruments (création 2014), Sarah Ludi a franchi une étape dans son travail jusque là en grande partie solitaire en s’associant à deux musiciens jazz, le trompettiste Laurent Blondiau et le batteur Joao Lobo, et un artiste visuel Yves Pezet. Ce concert de danse ou cette danse concertante pense le mouvement comme un instrument, débouchant sur une composition visuelle et sonore à quatre voix. 


Si le festival cultive les fidélités, il s’ouvre aussi à des artistes émergents, en marge des circuits habituels et c’est la connaissance de Victor Launay et Sara Olmo que le public fera cette année à travers un court duo de 10 minutes.



Renseignez-vous


Localisation

Localisation

Nous ne sommes pas responsables des éventuelles modifications de dates ou autres qui surviendraient. Merci de vous renseigner auprès de l'organisateur avant votre départ.

A l'attention des professionnels du tourisme en Wallonie et à Bruxelles