Vous êtes sur le site
Votre pays
FacebookTwitterYoutubepinterestGoogle PlusRss

Ajouter cette page à votre brochure virtuelleImprimerEmail
Manifestation : Folklore & Traditions

Le Lundi perdu ou Lundi parjuré - Tradition tournaisienne

Le Lundi perdu ou Lundi parjuré - Tradition tournaisienne
© Nicole Demaret

Le lundi après l'Épiphanie, on mange le fameux lapin à la tournaisienne ! Savourez cette tradition folklorique, à Tournai, le 12/01/2015. 


Cette tradition a longtemps eu un caractère très familial qui réunissait parents, grands-parents et enfants. Aujourd'hui si elle a encore lieu dans les chaumières, il est très courant d'aller au restaurant.

Déroulement de la fête

Tirage des billets des Rois 

On tire les billets en début de repas. On dispose de vignettes illustrant un rôle à jouer par chacun des convives au cours du repas (l'écuyer tranchant, le cuisinier, le portier, le médecin, le ménétrier, le laquais, le musicien, le valais de chambre, le messager, le secrétaire, le conseiller, le suisse et le confesseur … mais surtout le Fou et le Roi). 

Au cours du repas, le verseur veillera à remplir les verres bien évidemment. A chaque fois que le Roi porte son verre aux lèvres, tous devront dire : le Roi boit ! Celui qui ne le dira pas aura le visage noirci au bouchon (le bouchon est passé à la flamme) par le Fou. Et gare au Fou s'il ne remplit pas son rôle, c'est lui qui en sera noirci.


Le repas 


1er plat : un petit morceau de saucisse servi avec de la compote de pommes ou du choux cuit au saindoux. La saucisse était généralement offerte par le boucher (étrennes) 

2ème plat : le lapin aux pruneaux et aux raisins constitue le plat principal de ce repas. Le lapin est cuit à l'eau et non au vin ou à la bière accompagné de pommes vapeur. 

3ème plat : la salade tournaisienne 

Les chansons 

Ce grand rendez-vous annuel est aussi pour chacun l'occasion d'entonner des airs populaires tournaisiens et principalement ce que l'on pourrait considérer comme l'hymne du Lundi perdu : L'lapin du Lindi perdu, créée par un grand auteur patoisant tournaisien Albert Coens. 

Notre chansonnier s'est mis dans la peau de notre pauvre lapin qui va être sacrifié par la Tradition. Le texte savoureux, plein d'émotion est un chef-d'œuvre de notre littérature picarde.


Origine de la fête

Selon une ancienne coutume, notables et propriétaires terriens organisaient le lundi suivant l'Epiphanie, des tribunaux extraordinaires. La population était invitée et conviée aux assises judiciaires, aussi appelées «plaids généraux», pour dénoncer les crimes qui avaient échappé aux autorités lors de l'année qui venait de s'écouler. 

A la fin de cette journée, les notables organisaient un grand repas auquel les manants étaient invités à participer moyennant paiement (en monnaie ou en nature). 

L'origine du nom Lundi perdu est, elle, toute simple. Le jour de ces tribunaux, on ne travaillait pas. Pour célébrer la journée, on prenait un congé sans solde. Ce lundi est donc, en effet, un jour chômé, c'est-à-dire perdu pour les travailleurs.


Renseignez-vous


PLUSInformations touristiques sur la commune TOURNAI

Localisation

Localisation

Nous ne sommes pas responsables des éventuelles modifications de dates ou autres qui surviendraient. Merci de vous renseigner auprès de l'organisateur avant votre départ.

A l'attention des professionnels du tourisme en Wallonie et à Bruxelles